Rapport d’activités 2020

Les activités de l’association en 2020 sont résumées dans ce rapport. N’hésitez pas à nous contacter sur association_pleine_mer@riseup.net si vous avez des commentaires, des questions ou des suggestions. Pour que nos activités puissent continuer, nous vous invitons à nous soutenir (c’est prix libre et défiscalisé) :

https://www.helloasso.com/associations/pleine-mer/adhesions/adhesion-a-l-association-pleine-mer

Les mois de janvier et février ont permis la construction du site puis le lancement de la carte le 10 février 2020. Cette première version de la carte recensait 250 points (environ 800 bateaux) où chacun peut retrouver du poisson local en direct des pêcheurs. Le lancement de la carte a reçu énormément de retours médiatiques, comme l’atteste cette revue de presse : https://associationpleinemer.com/les-medias-parlent-de-la-peche-locale/

Depuis, la carte est consultée entre 200 et 5000 fois par jour selon les périodes. Deux cents bateaux nous ont contactés pour y apparaitre, en particulier pendant les deux périodes de confinement. Nombreux sont les pêcheurs et les consommateurs à avoir adhéré à Pleine Mer après avoir consulté la carte. Depuis mai, nous sommes entré dans une nouvelle phase qui a pour but d’améliorer l’outil cartographique (en collaboration avec l’association américaine NAMA et le réseau Local Catch) mais aussi de transformer la carte en une application qui permettra à chacun d’acheter du poisson en direct des pêcheurs locaux (en collaboration avec l’association sud africaine ABALOBI). Nous souhaitons aussi étendre ces différents projets au niveau européen, ce que nous entreprenons via le projet ERASMUS+ « Mapping Community Supported Fisheries » in Europe, en collaboration avec le réseau URGENCI, l’institut de recherche Transnational Institute, et d’autres associations de pêcheurs artisans comme Birlik (Turquie).

La fin du mois de février était consacrée à la pêche locale en Bretagne, et en particulier en Baie de Saint Brieuc où nous avons rencontré certains pêcheurs d’Erquy et de Saint-Quay-Portrieux, ainsi que les habitants de Dahouët, bien déçus que le dernier bateau soit voué à quitter le port. Ce passage en Bretagne a aussi permis au chargé de mission de l’association d’assister à l’Assemblée Générale de l’Association des Ligneurs de la Points de Bretagne. A cette occasion, la cartographie des circuits courts de la pêche a été présentée aux pêcheurs présents, afin qu’ils puissent y apparaitre. Ce passage en Bretagne nous a aussi permis de rencontrer le cabinet de conseil AUXILIA, qui nous a contactés pour répondre ensemble à un appel à projet relatif à « l’approvisionnement en produits de la mer  dans les cantines du pays de Saint-Brieuc.

Lors des mois de Mars, Avril et Mai, le premier confinement a permis de rentrer en contact avec des nombreux pêcheurs artisans. En effet, une grave crise a frappé le secteur de la pêche, avec 90% des bateaux forcés de rester à quai au début du confinement : du jamais vu. Cette situation difficile est résumée dans notre newsletter du confinement : https://associationpleinemer.com/newsletter-du-confinement/

Face à ces difficultés, de nombreux pêcheurs ont temporairement arrêté leur activité, tandis que d’autres ont développé des méthodes de circuits courts du fait de la fermeture de certaines criées. Nous avons décidé de soutenir les pêcheurs qui continuaient à valoriser leur poisson en circuit court en publiant une liste de la pêche locale spécifique au confinement : https://associationpleinemer.com/les-circuits-courts-en-periode-de-confinement/

Heureusement, l’entraide a permis à la majorité des pêcheurs de continuer leur activité tout en développant les circuits courts, comme en témoignent les actions menées par les membres de Pleine Mer en Pays Basque : https://associationpleinemer.com/2020/04/30/pecheurs-et-circuits-courts-entraide-en-pays-basque/  ainsi que les actions menées par les membres de Pleine Mer à Sète : https://associationpleinemer.com/2020/04/24/la-collectif-setensemble-soutient-les-pecheurs-locaux/

Alors que les pêcheurs tentaient de s’en sortit tant bien que mal en faisant marcher les circuits courts et la solidarité, quelle ne fut pas leur stupeur de découvrir 4 chalutiers géants néerlandais pêchant chacun jusqu’à 200 tonnes de poisson par jour, alors que 90% de la flotte était à quai. Le travail de Pleine Mer a permis d’alerter les médias, afin que l’opinion publique prenne conscience du problème posé par les chalutiers géants. Notre communiqué de presse (https://associationpleinemer.com/communique-de-lassociation-pleine-mer-22-03-2020-scandale-des-chalutiers-geants-pillent-le-golfe-de-gascogne-pendant-que-les-pecheurs-artisans-subissent-de-plein-fouet-la-crise-du-coronavir/) a été repris par de nombreux médias dont par exemple :

Début mai, le chef Fabrice Gass a décidé d’organiser des rencontres iodées virtuelles, avec la participation de nombreux pêcheurs, poissonniers et chefs. Cette semaine a pris la forme d’un festival de LIVE FACEBOOK, permettant au chargé de mission de l’association de présenter le projet pêche locale et la situation des pêcheurs pendant le confinement. De nombreux pêcheurs membres de Pleine Mer ont aussi participé à cet événement en parlant de leur métier via un LIVE FACEBOOK en mer ou sur le port : https://www.facebook.com/groups/294302258226593

La fin du confinement a aussi marqué le lancement de la campagne thon rouge pour les senneurs méditerranéens. Les pêcheurs artisans membres de Pleine Mer, ainsi que les membres de la Plateforme Française de la Petite ont utilisé cette occasion pour organiser la première « Journée nationale du thon rouge ». En effet, la question de la répartition du quota de thon rouge est chère aux pêcheurs artisans, qui ont su utiliser cette journée pour sensibiliser le consommateur sur le sujet. A cette occasion, 5 portraits de pêcheurs ont été publié, en prenant la perspective de l’accès aux quotas de thon rouge.

La période de confinement dans son ensemble a aussi été mise à profit pour chercher des fonds pour les projets de l’association. En particulier, notre réponse à l’appel à projet « Nourrir l’avenir » de la fondation Carasso a été sectionné, et la fondation financera le développement de l’application « pêche locale » à hauteur de 50 000 € en 2021 et 2022. Notre participation au « Rencontres Associations Philantropes » organisées par le collectif 1% for the Planet a permis de récolter un total de 9500 euros, grâce à la fondation Léa nature, à l’entreprise Emerod, et aux dons de particuliers. La fondation Humus a aussi renouvelé son engagement dans le projet pêche locale en promettant la somme de 5000€ pour 2021. Enfin, les adhésions ont rapporté 4000€ à l’association en 2021. Côté dépenses, la somme de 12 000€ a été dépensée en 2020, et les fonds ont été alloués principalement aux déplacements et à la rémunération du chargé de mission.

De plus, grâce au travail de Philippe Calone, marin-pêcheur et membre de Pleine Mer, nous avons décidé d’élaborer un nouveau projet : Dépol’Pêche. L’objectif est de faciliter la dépollution et le collectage des déchets par les pêcheurs, en produisant une étude approfondie sur le sujet, en favorisant  la mise en réseau et l’échange de bonnes pratiques, mais aussi en mettant en place la logistique nécessaire via les acteurs locaux. Philippe a démarché l’association nationale des régions, le DLAL Normandie et la région Normandie, qui sont intéressés par le projet. Une réunion est prévue en janvier 2021 afin de définir les possibilités de financement par ces  acteurs. En décembre 2021, nous avons été mis en contact avec la fondation ECOALF, via l’ambassade des océans. Un premier échange avec la fondation a permis d’envisager des possibilités de financement pour le projet Dépol’Pêche, la fondation ECOALF ayant développé un projet similaire en Espagne. Des fonds seront alloués à Pleine Mer pour élargir ce projet à la France en 2021.

Deux de nos demandes de fond n’ont pas abouti :

  • notre réponse à l’appel à projet « Transition agroécologique par l’échange et le partage » de la fondation Carasso. L’objectif de ce projet est de poursuivre la dynamique initiée en Pays Basque pendant le confinement, afin de développer un système coopératif qui permette le développement des circuits courts dans le secteur de la pêche.
  • Notre réponse à l’appel à projet semestriel de la fondation Lemarchand, qui avait pour but de financer l’amélioration de notre outil cartographique.

Bien que ces deux projets n’aient pas été financés, nous les développons actuellement en version réduite, et nous cherchons activement des fonds pour les mettre en place de manière plus approfondie.

L’approche de Pleine Mer est essentiellement basée sur le terrain. Thibault, le chargé de mission, conduit de nombreux kilomètres pour faire le tour des ports, en fonction des besoins et des demandes des pêcheurs artisans. Ce fonctionnement s’est adapté aux périodes de confinement et l’année a tout de même permis de passer énormément de temps sur les quais, sur les étals et en mer. Le travail de terrain en 2021 peut être résumé comme suit :

  1. Février : un passage en Bretagne pour compléter la carte des circuits courts, en particulier dans les ports
    1. De la baie de Saint-Brieuc : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-erquy/
    1. Du pays Bigouden : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-lile-tudy/
    1. du Golfe du Morbihan : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-sene/

Notre présence en Bretagne nous a aussi permis de nous rendre à l’assemblée générale des ligneurs de la pointe de Bretagne (https://pointe-de-bretagne.fr/) afin de leur présenter la carte des circuits courts et de leur permettre d’y apparaitre. Ce passage fut aussi l’occasion de rencontrer le cabinet de conseil Auxilia, afin de travailler ensemble sur la réponse à l’appel à projet «Pour un approvisionnement en produits de la mer locaux dans la restauration collective du pays de Saint-Brieuc »

  • Juin : travail collectif en Finistère. Diverses réunions au siège (Plougastel) avec des membres et des alliés de l’association ont permis de travailler sur la stratégie de l’association et sur la recherche de fonds. Cette période de travail collectif a aussi permis d’initier le développement de l’application qui permettra d’acheter du poisson en direct des pêcheurs. Ce travail s’est fait en lien avec l’association sud-africaine ABALOBI, avec qui nous avons décidé de travailler sur ce projet : https://abalobi.info/
  • Juillet : travail collectif dans le Pays Basque et dans les Landes. Des réunions avec les associations Slow Food Pays Basque (https://slowfood-biziona.fr/ ) et Itsas Arima (http://itsasarima.com/ ) afin de répondre à l’appel à projet « Transition agroécologique par l’échange » via le développement d’une structure de circuits courts en Pays Basque. Nous avons aussi travaillé avec l’association Itsas Arima, afin d’apporter notre expérience technique dans le développement d’un guide pour consommer du poisson local. Enfin, les discussions avec les pêcheurs comme Guillaume, Mataff, Anne-Marie ou Imanol nous ont permis d’imaginer la suite du confinement pour le développement des circuits courts en Pays Basque. La rencontre avec Arnaud, poissonnier et ancien marin pêcheur qui a monté la poissonnerie maison mer, a été un tournant dans le développement de ce projet : https://www.instagram.com/poissonneriemaisonmer/
  • Juillet : tour des ports dans le sud du Golfe de Gascogne. Nombreux sont les pêcheurs de cette zone à nous avoir contacté lors du confinement, nous sommes donc allés à leur rencontre :

Ce passage a aussi permis de consolider notre base sur Royan, avec en particulier Sandrine et Flo, marin pêcheur et membres de Pleine Mer de la première heure, qui ont développé un système de circuit court en livraison pendant le premier confinement : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-royan/ Sandrine et Flo feront partie des pêcheurs pilotes dans le développement de l’application.

  • Septembre : organisation des funérailles de la pêche artisanale.

Grâce à nos sources au sein de l’armement France Pélagique, nous avons été informés que l’entreprise prévoyait de baptiser un nouveau chalutier géant à Concarneau le 25 Septembre. Les pêcheurs artisans ont donc décidé d’organiser une manifestation pour protester contre ce modèle de pêche qui laisse des capitaux néerlandais accaparer la ressource et les quotas dont les artisans français dépendent pour vivre. Cet événement a reçu de nombreux retours médiatiques, une conférence de presse a été organisée avec des pêcheurs venus de toute la France pour exposer leur point de vue sur le sujet.

  • Octobre : tour des ports d’Occitanie. Banyuls-sur-Mer, Port Vendre, Argelès, Barcarès, Leucate, Port-la-Nouvelle, Gruissan, Valras, Agde, le Grau du Roi … autant de visites qui ont permis d’améliorer la carte des circuits courts mais aussi de discuter de projets futurs avec le Parc Naturel Marin du Golfe du Lyon, avec l’OP du SUD, avec le Syndicat des Petits Métiers d’Occitanie et avec le groupement de pêcheurs GOLION. Ces échanges nous ont permis de publier une fiche de synthèse pour permettre aux pêcheurs de développer des méthodes de circuits courts innovantes : https://associationpleinemer.com/2020/11/12/methode-de-vente-en-circuit-court-dun-petit-metier/ Ces échanges nous ont aussi permis de rencontrer les pêcheurs responsables du projet COTE FISH, un système de circuit court développé par les pêcheurs du Grau du Roi, et d’envisager de futures collaborations. Enfin, la carte est riche de nouveaux points et de nouvelles informations comme à Argelès : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-argeles-sur-mer/ ou au Barcarès : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-a-port-barcares/

Le deuxième confinement ne nous a pas pris par surprise. A partir du 1er Novembre 2020, nous avons réitéré la « liste de la vente directe pendant le confinement » : https://associationpleinemer.com/la-peche-locale-pendant-le-confishment2/ Grâce à un formulaire, tous les pêcheurs qui le souhaitent peuvent apparaitre sur cette liste afin que chacun puisse continuer à manger du poisson en direct des pêcheurs pendant le confinement.  Nous avons aussi mis en place des outils de communication renforcés sur les réseaux sociaux via l’opération #confishment2 afin de valoriser au maximum la pêche locale pendant cette période difficile : https://www.facebook.com/groups/1085099268593137

Enfin, le retour des chalutiers géants en Manche début Décembre a grandement préoccupé les pêcheurs artisans membres de Pleine Mer. Notre publication d’alerte a touché plus de 200 000 personnes lorsque 8 chalutiers géants se sont mis à pêcher au large de Fécamp, occasionnant une dizaine de retours médiatiques : https://www.facebook.com/PleineMerAsso/posts/1110216862731166 Suite à cela, l’armateur de ces bateaux, Geoffrey Dhellemes, a tenu des propos mensongers dans la presse et les pêcheurs artisans lui ont répondu via une lettre ouverte : https://associationpleinemer.com/2020/12/11/lettre-ouverte-a-geoffrey-dhellemes-directeur-de-france-pelagique/

La fin de l’année a été bien occupée, par le conseil des ministres européens pour les TAC et quotas, la peur du BREXIT : https://associationpleinemer.com/2020/12/14/brexit-les-pecheurs-artisans-inquiets/ mais aussi la consommation de poisson durable lors des fêtes de fin d’année : https://reporterre.net/Crustaces-huitres-poisson-comment-les-choisir-ecolos-pour-Noel

Pour que nos activités puissent continuer en 2021, nous vous invitons à nous soutenir (c’est prix libre et défiscalisé) : https://www.helloasso.com/associations/pleine-mer/adhesions/adhesion-a-l-association-pleine-mer

Vous pouvez aussi participer en achetant le calendrier de la pêche artisanale, où les pêcheurs artisans posent nu pour valoriser leur métier et leurs activités : https://www.helloasso.com/associations/pleine-mer/adhesions/adhesion-a-l-association-pleine-mer

Merci pour votre soutien : continuons à nous battre pour plus de justice sociale en environnementale dans la filière pêche !

Un avis sur « Rapport d’activités 2020 »

  1. c’est bien, mais une pêche durable c’est aussi l’interdiction du chalut de fond dans les zones natura2000 et les futurs parcs éoliens.
    merci pour nos enfants et notre ressource halieutique.
    PYJ

Répondre à jost Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :