Bilan 2019, perspectives 2020

L’association Pleine Mer fait le bilan de l’année 2019 ! Pour commencer, merci pour votre soutien, nous espérons que vous continuerez à soutenir notre travail en 2020. En attendant, voici un petit retour sur nos activités, et un aperçu des objectifs de l’année prochaine. Bonne lecture.

Pour rappel, l’association Pleine Mer souhaite contribuer à une transition durable de la pêche  en faveur des Hommes et des Femmes qui la pratiquent, des citoyens et de l’environnement. Elle a pour objet la protection des océans ainsi que le soutien au développement de méthodes et modes de gestion soutenables dans la pêche et les élevages aquatiques. Elle vise à mener des actions en ce sens via différents projets, qui ont démarré en 2019.

Les personnes investies dans l’association ont des profils très varies, des pêcheurs, des militants du milieu de la pêche, des consommateurs de poisson, des environnementalistes, des personnes travaillant dans des entreprises du domaine de la Mer. Cette diversité nous donne une vision large et complète du système pêche, et une polyvalence selon les situations rencontrées.

L’association a différentes particularités qui lui permettent de se démarquer d’autres organisations travaillant sur la pêche. Notre mode de fonctionnement nous permet une présence permanente sur le terrain, afin d’assurer un contact direct avec les professionnels de la pêche. Ainsi, nous sommes toujours au fait des priorités des pêcheurs, et ces priorités guident nos actions. Notre objectif n’est pas de manipuler l’opinion publique, mais au contraire d’utiliser des projets comme le développement de la vente directe pour sensibiliser citoyens et consommateurs à la complexité du système pêche.

Le projet « pêche locale » part du constat suivant : alors que le consommateur paye le poisson à un prix relativement élevé, les pêcheurs professionnels, eux, sont soumis des prix instables et souvent bas en criée, ce qui fragilise les navires souhaitant pêcher moins mais pêcher mieux en valorisant leur production. Développer la vente directe permet, à l’instar de l’agriculture, de consolider le modèle économique de ces bateaux pratiquant une pêche soutenable.

Ce projet comporte deux volets :

  • Réaliser sur l’ensemble du littoral, un travail de recensement des pêcheurs pratiquant ou souhaitant pratiquer la vente directe, ce qui se traduit par une cartographie extrêmement détaillée et actualisée de la vente directe des produits de la pêche
  • Accompagner concrètement la mise en œuvre de la vente directe par le développement d’une application web reliant pêcheurs et consommateurs, et permettant de répondre à leurs contraintes respectives (contraintes légales, disponibilité des clients, informations sur la pêche du jour et sur les techniques etc.)

Afin de tester l’utilité et la pertinence du projet, nous avons réalisé En 2019 une pré-étude auprès des pêcheurs sur tout le littoral. Et le résultat est sans appel : les marins pêcheurs et les consommateurs de poisson sont très enthousiastes et souhaitent soutenir Pleine Mer afin de développer cette cartographie  et la publier en libre accès dès 2020. Tous les pêcheurs rencontrés (plusieurs centaines) souhaitent apparaitre sur la carte, afin que les consommateurs soient informés des heures et lieux de débarque, des espèces débarquées, des engins etc.

Pour plus d’informations sur la pré-étude : https://www.facebook.com/PleineMerAsso/posts/729925227427000?__tn__=K-R

Pleine Mer a aussi participé à un projet collectif avec les pêcheurs Indonésiens en Juillet et Aout 2019, afin de poursuivre un projet sur la Planification de l’Espace Maritime. Cette mission a permis de diffuser un livret d’une vingtaine de pages au sujet de la planification, livret résultant d’un projet de recherche action participative mené par l’Union des Pêcheurs Traditionnels Indonésiens (KNTI) et le Transnational Institute (TNI) depuis 2019. Pour faire simple, cette méthode de gestion de l’espace n’a pas pris en compte les avis des pêcheurs, et de nombreux villages littoraux sont menacés par les projets industriels légitimés par la planification. Le travail mené sur le terrain a permis aux communautés côtières de mieux comprendre les problèmes posés par ce mode de gestion, de leur faire connaitre leurs droits, et de développer des stratégies afin de préserver leur mode de vie lié à la mer. L’objectif de Pleine Mer est aussi de mieux comprendre la planification en France, en effet, celle-ci est souvent utilisée pour légitimer des projets qui impactent les pêcheurs (éolien en mer, pipelines, aquaculture industrielle etc.) Ce projet sera donc amené à durer sur le long terme, et nous vous remercions de nous avoir soutenu via le crowdfounding : sans vous Pleine Mer n’aurait pas pu participer à cette mission. 

Pour plus d’informations sur la Planification de l’espace Maritime en Indonésie : https://www.tni.org/en/publication/marine-spatial-planning

Pleine Mer a aussi travaillé sur les questions suivantes en 2019 : répartition des quotas et problème des antériorités de capture, développement d’un port de plaisance controversé à Bretignolles sur Mer et ZAD de la Dune, chalutiers géants en Manche, pollution plastique et pyrolyse, plaidoyer pour une pêche durable, grève des dockers dans le cadre du mouvement contre la réforme des retraites. 

Pour ne rien rater de nos actualités, suivez nous sur Facebook et Twitter :

https://www.facebook.com/PleineMerAsso/

https://twitter/@PleineMerAsso

Pleine Mer fait aussi parti de l’ « inter-orga océans », un groupe d’organisations de la société civile travaillant sur la pêche et les océans. Nous participons régulièrement à des réunions avec d’autres organisations, afin de partager nos visions souvent différentes. L’objectif de Pleine Mer est d’apporter une vision proche du terrain, afin que les objectifs poursuivis par la société civile se rapprochent des priorités des habitants du littoral. Cet ensemble d’organisations a entre autre organisé une conférence de presse, à laquelle une dizaine de médias ont assisté.

Lien de l’article résumant la conférence de presse : https://lemarin.ouest-france.fr/secteurs-activites/peche/35188-dix-ong-mettent-la-pression-sur-la-politique-europeenne-de-la-peche?fbclid=IwAR2SYvkwiouKQ5GOMWf1bK-Ez-_CUJNON-5iV6Z1XdeLFB5MGAKKmmYsIXQ

Pleine Mer s’investit aussi à l’international. Nous faisons actuellement parti d’un consortium pour développer un projet européen sur la pêche soutenue par les communautés. D’autres organisations travaillent avec nous dans ce consortium : URGENCI est l’organisation qui mène le projet du fait de sa grande expérience dans des projets similaires concernant l’agriculture paysanne, NAMA est une organisation de pêcheurs qui a développé une cartographie des circuits cours aux Etats Unis, Birlik développe un projet de coopératives de pêcheurs en Turquie et le Transnational Institute s’occupe de la partie académique du projet.

Nous avons aussi participé à la Ocean’s People Conference en Norvège fin octobre. Cet événement avait pour but de rassembler les organisations opposées à la « Our Ocean Conference », conférence organisée par les gouvernements et les grandes entreprises des secteurs de l’énergie et de la finance. En effet, ces acteurs cherchent à s’accaparer l’espace océanique, et il est important pour la société civile de rappeler que l’Océan est un commun et non une marchandise. L’association Pleine Mer a animé un atelier sur la planification de l’espace maritime, et nous nous sommes investis dans la communication autour de l’évènement.

Pour plus d’informations sur la Ocean’s People Conference : https://www.facebook.com/oceanspeopleconference/

Pour réaliser ces actions lors de l’année 2019, nous avons pu compter sur le soutien de la fondation Humus, sur un soutien ponctuel de nos partenaires du Transnational Institute et du réseau Urgenci, mais aussi sur les dons de nos adhérents. Votre soutien et votre investissement dans la vie de l’association sont cruciaux pour notre bon fonctionnement. Voici donc le programme de nos actions pour 2019, en espérant que vous soyez partie prenante de ces nombreux projets.

Notre objectif principal est de rendre publique la cartographie réalisée dans le projet « pêche locale ». Pour cela, nous prévoyons de développer notre site internet et notre outil de cartographie entre Janvier et Mars 2020. Les mois d’Avril et Mai permettront de finaliser la cartographie auprès des pêcheurs. Le lancement de la cartographie aura lieu en Juin 2020, juste avant les vacances d’été, afin que toutes les personnes se rendant sur la côte au cours de l’été puissent consommer le poisson des pêcheurs locaux. Les mois de l’été permettront d’organiser des évènements de type dégustation afin de faire connaitre le projet plus amplement, et de faire se rencontrer pêcheurs et consommateurs. Enfin, d’Octobre à Décembre 2020, nous évaluerons les premiers résultats du projet avant de passer à la deuxième étape : développer une application reliant directement pêcheurs et consommateurs.

Pleine Mer accueillera aussi une stagiaire, de février à Aout 2020. Ce stage, co-organisé avec Poiscaille, aura pour objectif d’étudier les impacts des circuits courts sur le système pêche. Ce stage l’occasion d’étudier différents modèles de circuits courts dans la pêche, et de participer aux différents projets de Pleine Mer et de Poiscaille.

Nous comptons aussi sur nos alliés et amis pour diffuser le projet et la cartographie : Poiscaille, la confédération paysanne, le transnational Institute, la plateforme française de la petite pêche artisanale, le pôle halieutique d’agrocampus ouest, le réseau URGENCI, Bizilur, l’union des pêcheurs traditionnels indonésiens, les coopératives de pêcheurs, APROMER, Normandie Fraîcheur Mer, Local Catch, Miramap, l’AMAP de l’ile d’Yeu, le syndicat des petits métiers du Languedoc Roussillon, le forum mondial des peuples pêcheurs, Masifundise, … Tous ces partenaires nous aident à développer ce projet, et ils seront partie prenante de sa mise en place. L’objectif est aussi d’étendre ce projet à d’autres territoires, via le projet mené avec URGENCI par exemple, mais aussi avec les mouvements de pêcheurs que nous connaissons en Espagne, en Turquie, aux Etats Unis, en Afrique du Sud et en Indonésie.

En particulier, notre partenariat avec l’union traditionnelle des pêcheurs indonésiens (KNTI) sera amené à s’enrichir en 2020. Nous allons continuer à travailler sur la planification de l’espace maritime, mais cette organisation est aussi très intéressée par notre travail sur la vente directe. En effet, les pêcheurs indonésiens n’ont quasiment pas accès à des infrastructures telles que des machines à glace ou des criées. Leur souhait est de développer un modèle coopératif permettant aux pêcheurs de contrôler eux-mêmes ces moyens de production, comme l’ont déjà fait les membres de KNTI à Surabaya. Nous souhaitons les soutenir dans le développement de ce projet.

En 2020, Pleine Mer souhaite aussi se pencher plus précisément sur la question de l’énergie dans le secteur de la pêche : croissance bleue, planification marine, éolien en mer, possibilité de pyroliser le plastique pour en faire du pétrole, pipelines marins, voile sur les bateaux de pêche : autant de questions qui se posent actuellement dans le secteur de la pêche en France.

Pleine Mer continuera aussi ses activités à l’international en 2020. Nous serons certainement présents à Barcelone en Juin pour le forum social mondial, afin de discuter de la pêche et de l’océan dans le contexte des luttes sociales. Nous serons aussi au Brésil à l’automne 2020 afin de participer à la 8ème assemblée générale du forum mondial des peuples pêcheurs (WFFP).

Le Transnational Institute nous a proposé de travailler avec eux sur un projet de recherche à propos du sujet suivant : quels sont les liens entre le secteur de la pêche et la « crise des réfugiés ». En effet de nombreux travailleurs de la pêche sont des réfugiés ayant demandé l’asile en France. De plus, l’exemple des pêcheurs Siciliens ayant participé à des sauvetages de réfugiés en mer montre à quel point les pêcheurs peuvent être confrontés directement à ce type de problématiques. Nous souhaitons donc travailler sur le sujet avec le Transnational Institute. 

Nous continuerons aussi à nous mobiliser auprès des citoyens qui défendent leur patrimoine naturel, comme par exemple les militants de la ZAD de la Dune qui refusent le développement d’un port de plaisance à Bretignolles sur Mer, qui aurait pour conséquence l’expulsion de 82 familles et la destruction de tout un écosystème. Dans ce cadre, le projet Superlocal développé par Reporterre, Le Mouvement, Partager c’est sympa et Notre affaire à tous nous parait un cadre tout à fait pertinent.

Nous avons aussi pour projet de lancer un journal trimestriel, pour informer de l’avancée des projets de Pleine Mer mais aussi de l’actualité sociale et politique sur le littoral.

Enfin, nous continuerons à être présents le plus possible sur le terrain afin de développer des actions fidèles aux priorités locales.

Votre adhésion est donc cruciale. En effet nos sources de financement assurées pour 2020 sont les dons de la fondation Humus et la participation au projet européen développé avec URGNCI. Cependant, nous souhaitons aussi rester indépendants et compter sur nos adhérents pour développer des projets en phase avec vos priorités : n’hésitez pas à nous envoyer un mail si vous souhaitez vous investir dans les projets de l’association.

De plus, Pleine Mer est d’intérêt général, chacun de vos dons est donc défiscalisé à 66%. Ainsi, si vous adhérez ou faites un don avant la fin de l’année, vous ne dépenserez en réalité que 33% de votre don. Alors n’hésitez plus : adhérez à Pleine Mer en cliquant sur le lien suivant :

https://www.helloasso.com/associations/pleine-mer/adhesions/adhesion-a-l-association-pleine-mer?fbclid=IwAR0cx-UtC_Dk_9tuOuyw6B6ul4IDTpPGO6jk7vZjttgkTs68wAI1urBPYNE

%d blogueurs aiment cette page :