La pêche locale à Camaret-sur-Mer

Ah Camaret … le port, le sillon, la ferme de corail, le cimetière de bateau, la chapelle … un port de pêche qui a connu la gloire au siècle dernier. En effet, les magnifiques carcasses de bateaux que vous pouvez observer sur le port sont en fait d’anciens langoustiers.

Malheureusement le caractère romantique de ces carcasses s’arrête là : après avoir littéralement surexploité les stocks de Langouste dans les eaux bretonnes, les armateurs de ces bateaux ont décidé de reproduire le même schéma sur les côtes d’Afrique de l’Ouest, avant que leurs entreprises fassent faillite pour cause de déclin des stocks de langouste.

La pêche artisanale dans le port de Camaret est bien différente aujourd’hui. Quelques bateaux travaillent au filet en particulier pour les rougets et les poissons plats, et au casier pour les tourteaux, araignées et homards qui ne manquent pas autour des tas de poids à la pointe de Pen’Hir.

Si vous vous rendez sur le quai Thephany, au niveau de l’ancienne Criée et de la ferme de corail, vous pourrez rencontrer Xavier Menesguen, qui sera ravi de vous vendre ses homards pêchés au casier à bord du Morskoul.

Et devinez quoi ? Les langoustes reviennent en mer d’Iroise. Grâce à un cantonnement (réserve de pêche à l’initiative des pêcheurs), le stock se régénère doucement. Les niveaux de débarquements n’ont pour l’instant rien avoir avec la belle époque du port de Camaret, mais le cas de la langouste prouve une chose : les pêcheurs sont les acteurs primaires de l’océan et ils peuvent le gérer durablement pour préserver la ressource.

Alors n’hésitez pas, allez les rencontrer sur le port de Camaret et achetez leur le produit de leur pêche pour encourager des méthodes durables !

%d blogueurs aiment cette page :