La pêche locale à Lanildut : William Macke

Quand on croise William avec sa carrure de deuxième ligne de rugby et sa barbe rousse, on se dit qu’il est pêcheur professionnel depuis qu’il tient debout. Que nenni. Il s’est installé en 2019 après une vie déjà bien remplie. Diplômé d’un Master en Exploitations des Ressources Vivantes Côtières de l’Université de Caen, il a été par ordre chronologique, pisciculteur au Québec, pêcheur-côtier en Nouvelle-Calédonie, enseignant au lycée maritime d’Etel, poissonnier en grande distribution et technicien aquacole pour la Fédération de Pêche du Finistère. William est un passionné de pêche depuis sa tendre enfance et a beaucoup navigué en mer d’Iroise comme plaisancier avant de se lancer dans le grand bain.

L’hameçon comme religion

A bord de son bateau de 8 mètres, le Pen Ar Fish (référence à Penn Ar Bed qui veut dire Finistère en breton), William travaille seul et uniquement à l’hameçon. Cette technique permet d’être ultra sélectif et de remettre à l’eau vivants les spécimens qu’il ne souhaite pas mettre en vente. Il varie les « spots » de pêche et les espèces toute l’année. Pagres, lieus jaunes, dorade grises, daurades royales, vieilles… Une diversité de poissons qui permet de ne pas trop « tirer » sur un stock particulier. À la canne, William traque aussi les céphalopodes – seiches et calamars – pour le plus grand plaisir des abonnés Poiscaille.

Qualité extra

William attache une importance immense à la qualité de ses prises. Dès leur arrivée à bord, elles sont traitées avec le plus soin afin qu’elles arrivent magnifiques dans les cuisines des abonnés.
Sa devise pourrait être aussi celle de Poiscaille : « pêcher moins mais pêcher mieux ! »

Espèces : Lieu jaune, dorade grise, daurade royale, pagre, maquereau, vieille, grondin, seiche, calamar

https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/peche-responsable-le-pari-de-william-macke-28-08-2019-12368665.php?share_auth=3c0267b91a3f2bec241d238962ebcdef&fbclid=IwAR3sUIHpVbqDE5_03BOMSNPkmp4UyTqXeNtpw22d6IDdKVBawoFI5_QnJGc#3o8Vebijmr7RVsb0.01

Passionné de pêche depuis toujours, William Macke la pratique depuis de longues années en mer d’Iroise en tant que plaisancier. L’année dernière, il a décidé de franchir le pas et de faire une demande de congé individuel de formation pour passer un certificat de patron pêcheur sur un bateau de moins de neuf mètres en pêche côtière. Pour obtenir ce diplôme, il lui fallait trois mois d’embarquement avec un pêcheur professionnel. Période qu’il vient de terminer sur un ligneur de Lampaul-Plouarzel.

Une pêche responsable et sélective

En parallèle, il a quitté son poste de technicien au sein de la Fédération de Pêche du Finistère qu’il occupait depuis six ans. Son projet aujourd’hui est de créer une entreprise de pêche artisanale à Brest. Avec pour ambition de pêcher uniquement à l’hameçon et principalement à la canne aux appâts et aux leurres.

Je compte vendre le fruit de ma pêche à la criée de Brest, mais aussi développer de la vente directe via les réseaux sociaux en publiant quotidiennement les poissons disponibles en retour de pêche

Son credo : une pêche responsable et sélective. « Je souhaite apporter une attention particulière au traitement du poisson à bord afin de garantir à mes futurs clients une qualité exceptionnelle ! Je compte vendre le fruit de ma pêche à la criée de Brest, mais aussi développer de la vente directe via les réseaux sociaux en publiant quotidiennement les poissons disponibles en retour de pêche », explique William. « Les espèces seront ciblées en fonction des saisons et le prix de vente fixé à l’année par espèce ».

Financement participatif

Pour ce faire, il va devoir acheter un bateau adapté à sa pratique de la canne, investir dans un petit utilitaire, un conteneur isotherme, du matériel de pêche, un congélateur à appâts et une machine à glace. L’investissement global est estimé à 80 000 €. Afin de constituer un apport personnel indispensable à la délivrance d’un prêt bancaire, il lance un appel à financement participatif via Kengo. « Ce projet a été longuement mûri » rassure le jeune quadragénaire qui ne manque pas d’expériences. Diplômé d’un Master en Exploitations des Ressources Vivantes Côtières de l’Université de Caen, il a été tour à tour pisciculteur au Québec, pêcheur-côtier en Nouvelle-Calédonie, enseignant au lycée maritime d’Etel, poissonnier en grande distribution et technicien pour la Fédération de Pêche du Finistère.

%d blogueurs aiment cette page :