La pêche locale à Lanildut

Lanildut est le premier port goëmonier français. La Laminaria digitata est arrachée au scoubidou, un outil tournant au bout d’un bras. La Laminaria hyperborea (8 500 tonnes en 2011) est plus grande. Son stip (le « tronc » qui peut atteindre deux mètres) intéresse les usines de transformation. Elle est arrachée à l’aide du « peigne norvégien », une sorte de râteau aux dents horizontales. Dix bateaux, pratiquent cette pêche ouverte toute l’année et sur dérogation de janvier à avril.

Bien sûr ces algues ne sont pas vendues en direct du consommateur : elles sont vendues à des entreprises de l’industrie agroalimentaire et cosmétique pour être transformées.

Mais vous devez commencer à vous demander si vous pourrez acheter du poisson aux pêcheurs de Lanildut ?

La réponse est oui, bien que la vente directe y soit pour l’instant peu développée, du fait des caractéristiques du port, très tourné vers l’exploitation des algues.

Cependant, si vous vous rendez sur les quais en fin d’après midi, vous pourrez acheter du poisson et des crustacés en direct des quelques caseyeurs, fileyeurs et ligneurs de Lanildut.

La vente directe ne demande qu’à être développée à Lanildut : il n’y a pas d Criée sur place, et les pêcheurs sont obligés de l’envoyer à la Criée de Brest. Ainsi, en vendre une partie sur place leur serait fort utile. Alors n’hésitez pas, allez faire un tour sur les quais !

%d blogueurs aiment cette page :