La pêche locale à Saint-Jean-de-Luz

L’histoire de la vente directe à Saint-Jean-de-Luz est frustrante : les pêcheurs ont toujours souhaiter y installer des étals, malheureusement ils se sont heurtés aux règles de la Chambre de Commerce en charge de la gestion des infrastructures portuaires. Vous en trouverez donc certains sur un étal, côté Ciboure, à côté de la Criée (Quai Pascal Elissalt) :

  • Navire KITTARA : Marina Alsuguren – 06.64.92.45.32. – Page Facebook
  • Navire L’OURAGAN II : Agnes Fautous – 06.25.25.77.08.
  • Navire ORDAGNA : Veronique Courtiau – 06.42.70.61.67. – Page Facebook

Il reste encore 4 places à la table pour que d’autres bateaux puissent vendre leur poisson en circuits courts …. et les pêcheurs locaux ont plein d’idées pour développer la vente directe. Vous pouvez les aider en tant que citoyen : les AMAP sont nombreuses dans le pays basque : pourquoi pas en créer une à Saint-Jean-de-Luz qui soit spécifique aux contraintes de la filière pêche ? Lors du confinement, les acteurs locaux ont mis en place de nouveaux systèmes de circuits courts : n’hésitez pas à consulter cet article pour en savoir plus !

Les pêcheurs de Saint-Jean-de-Luz utilisent par exemple la palangre, méthode de pêche traditionnelle où des hameçons sont accrochés à un corps de ligne calé sur le fond, permet de fournir au consommateur un poisson de qualité, tout en respectant l’environnement marin. En effet chaque poisson est attrapé sur un des hameçons de la palangre, ainsi cette technique est très sélective et n’occasionne quasiment pas de rejet.

De plus, le poisson reste accroché à l’hameçon entre 20 et 45 minutes avant le virage de la ligne, le poisson est donc encore vivant quand il arrive sur le bateau. Ainsi sa fraîcheur et sa qualité sont excellentes, ce qui permet de le vendre à un bon prix, et donc de bien rémunérer l’équipage, sans pour autant surexploiter la ressource.Toutes ces qualités sont garanties par le labbel “merlu de ligne de Saint-Jean-De-Luz”, qui fut créé à l’initiative des ligneurs.

Si vous souhaitez voir ces traditions perdurer, une seule solution : engagez vous pour la pêche locale !

%d blogueurs aiment cette page :