Le filet

Les filets maillants (qui maillent le poisson) sont constitués d’une nappe rectangulaire déployée verticalement dans l’eau. Des flotteurs sont fixés sur la partie supérieure. La partie inférieure est lestée pour maintenir les filets en position verticale.

Le maillage de la nappe est adapté à l’espèce recherchée. En effet, le filet maillant piège le poisson en le retenant dans la maille au niveau des ouies. Il sélectionne donc une gamme de tailles de poisson, laissant les trop petits s’échapper et repoussant les trop gros. (source : Ifremer)

Filet calé et filet dérivant

Lorsque le lestage est supérieur à la flottabilité, le filet maillant reste sur le fond. On parle alors de filet calé. Celui-ci est mis à l’eau depuis le navire en plusieurs sections de quelques kilomètres. La longueur totale peut atteindre cinquante kilomètres.

Lorsque le filet est positionné à proximité de la surface et qu’il n’est pas retenu par un ancrage, on parle de filet dérivant. Sa flottabilité est supérieure au lestage. Mis bout à bout, les filets peuvent atteindre plusieurs dizaines de kilomètres. (source : Ifremer)

Filet droit et filet emmêlant

Le filet maillant peut être constitué d’une ou plusieurs nappes. Formé d’une seule nappe on l’appelle filet droit. Constitué de plusieurs nappes, il prend le nom de filet emmêlant. En effet ce type de filet capture les poissons par emmêlement, à la différence du filet maillant droit qui les retient par différents appendices. Le filet emmêlant le plus utilisé est le trémail.

Le trémail est formé de trois nappes adjacentes. Les deux nappes extérieures (les aumées) sont à larges mailles. La nappe intérieure (la flue) est plus grande pour donner du flou et à mailles plus petites pour retenir aussi bien les gros que les petits poissons. C’est la pêche par emmêlement. (source : Ifremer)

%d blogueurs aiment cette page :