Pourquoi un projet pêche locale

Un français consomme 35kg de poisson/an, la France a la deuxième plus grande façade maritime au monde et pourtant nous ignorons tout de la pêche locale : 90% des produits de la mer consommés sont importés quand 2/3 sont transformés ou congelés et 3/4 vendus en grande surface. La pêche est une activité dangereuse, nourricière, fascinante, traditionnelle, inconnue du grand public, alors que les pêcheurs sont socialement isolés, souvent marginalisés et ont parfois du mal à maintenir leur activité. Renforcer le lien entre pêcheurs et consommateurs permet de résoudre ce paradigme, via les “community supported fisheries” (CSF) : le consommateur achète le poisson à un prix juste et le pêcheur s’engage à utiliser des méthodes de pêche durables, engageant ainsi un cercle vertueux, pour les pêcheurs, pour les consommateurs, pour les territoires … bref pour la « pêche locale ».

Plus précisément, des problématiques claires frappent le secteur de la pêche, et les « community supported fisheries » permettent d’apporter des solutions.

  • Le poisson frais est souvent absent des habitudes des jeunes consommateurs. Cependant, ces consommateurs recherchent de modes de consommation « durables et innovants ». Au contraire, la tranche plus âgée de la population est celle qui consomme le plus de poisson frais, mais son manque de mobilité peut parfois remettre en question ses habitudes et envies de consommation. La valorisation des « community supported fisheries » via une application simple permettrait de résoudre ces problématiques, en particulier en temps de crise, sanitaire par exemple, où les circuits courts ont démontré leur résilience.
  • Le prix du poisson est souvent instable en criée et la filière a parfois mauvaise presse à cause de la  “surpêche “. Pourtant, comme le disent de nombreux professionnels : « un pêcheur qui vend une partie de sa production en direct aura une entreprise plus résiliente économiquement, ce qui lui permettra  de moins sortir en mer et donc de préserver la ressource ». Le consommateur qui s’engage à payer le poisson à un prix juste permet donc au pêcheur de gagner en stabilité économique, et en retour le pêcheur s’engage à utiliser des méthodes de pêche durable : un contrat «gagnant-gagnant-gagnant » : pour le pêcheur, le consommateur et l’environnement.
  • Le poisson est un produit qui comporte de nombreuses contraintes : chaîne du froid, DLC très courtes, etc. Les pêcheurs et les citoyens qui souhaitent développer les circuits courts localement

Afin de commencer à répondre à ces problématiques, nous avons publié une cartographie des circuits courts de la pêche, qui a reçu d’excellents retours des pêcheurs et des consommateurs désormais en lien direct.

Le recensement de tous les points de ventes référencés sur la carte nous a permis de développer un véritable réseau de pêcheurs, de professionnels de la filière pêche et de consommateurs de poisson sur tout le littoral et ces rencontres ont fait émerger deux volets d’action pour la suite du projet pêche locale :

Vente directe de sardines à Saint-Gilles-Croix-de-Vie
%d blogueurs aiment cette page :