Le projet pêche locale : développer un système innovant de vente directe dans la pêche

Résumé du projet

Alors que le consommateur paye le poisson à un prix relativement élevé, les pêcheurs professionnels, eux, sont soumis des prix instables et souvent bas en criée, ce qui fragilise les navires souhaitant pêcher moins mais pêcher mieux en valorisant leur production. Développer la vente directe permettrait, à l’instar de l’agriculture, de consolider le modèle économique de ces bateaux pratiquant une pêche soutenable. Ce projet comporte deux volets : premièrement, réaliser sur l’ensemble du littoral, un travail de recensement des pêcheurs pratiquant ou souhaitant pratiquer la vente directe, ce qui se traduirait par une cartographie extrêmement détaillée et actualisée ; deuxièmement, accompagner concrètement la mise en œuvre de la vente directe par le développement d’une application web reliant pêcheurs et consommateurs, et permettant de répondre à leurs contraintes respectives (contraintes légales, disponibilité des clients, informations sur la pêche du jour et sur les techniques etc.)

Contexte du projet et description des besoins

Le secteur de l’agriculture a vu se développer les circuits courts et la vente directe qui sont aujourd’hui établis et reconnus. Cependant ces systèmes sont peu répandus dans le contexte de la pêche, et le consommateur est mal informé des quelques initiatives qui existent déjà (AMAP poisson, vente à quai/en ligne, marché des pêcheurs). De plus, le schéma majoritaire de la chaine d’approvisionnement des produits de la mer comporte de nombreux intermédiaires, de la criée au point de vente en passant par les mareyeurs et les grossistes. Le revenu du pêcheur est donc entièrement soumis à la volatilité des prix du poisson, tandis que le consommateur paye généralement son poisson à un prix élevé, souvent déconnecté du prix en criée. Développer, organiser et valoriser la vente directe permettraient d’encourager un changement de paradigme. Cela nécessitera des innovations prenant en compte les contraintes spécifiques au poisson : irrégularité des apports, chaine du froid, règlementation etc.

Objectifs du projet

L’objectif est de développer un ensemble d’actions innovantes qui permettront de développer la vente directe des produits de la pêche. Ceci permettra au pêcheur de mieux valoriser son poisson, au citoyen de le payer à un prix juste, tout en dynamisant lien social et économie locale et en évitant la surpêche. Ce projet émane d’entretiens avec des pêcheurs, des consommateurs et des initiatives existantes : AMAP à l’île d’Yeu, vente à quai à Capbreton, marché des pêcheurs en Méditerranée.

Bénéficiaires du projet

  • Les pêcheurs professionnels qui pratiquent ou souhaitent développer la vente directe
  • Les habitants du littoral et les touristes qui cherchent un poisson de qualité, durable, dont ils connaissent l’origine
  • Les collectivités territoriales souhaitant valoriser/dynamiser le tissu économique local
  • L’environnement littoral qui subira moins d’émissions de GES (transport) et moins de surpêche meilleure valorisation)
  • La société dans son ensemble (intérêt général) : système alimentaire durable, lien social

Actions mises en œuvre dans le projet

  1. Recensement et cartographie des pêcheurs souhaitant pratiquer ou pratiquant déjà la vente directe. Rencontre et interviews avec les pêcheurs : expérience, besoins, contraintes, volonté de faire partie de la cartographie et de l’application.
  2. Développement d’une application permettant aux pêcheurs d’alerter les consommateurs sur le contenu de leur pêche et l’heure de débarque. Le modèle développé tiendra compte des contraintes relatives à l’entreprise de pêche, la conservation du poisson et les habitudes de consommation. Le pêcheur pourra envoyer les informations nécessaires à la vente du jour via un SMS, qui se traduira par une notification envoyée aux consommateurs locaux.
  3. Mobilisations des consommateurs locaux et des touristes via les collectivités, rencontres « pêcheurs-consommateurs » pour développer le projet et sensibiliser.
  4. Valorisation de la pêche via une description précise de chaque pêcheur, des métiers pratiqués, des espèces, des saisons, des recettes (fiches, vidéos, …)

Partenaires opérationnels du projet

Les principaux partenaires seront les pêcheurs impliqués dans la cartographie et l’application ainsi que leurs organisations (Ligneurs Pointe Bretagne, prud’homies, Ligneurs Pays Basque), les systèmes existant sur le littoral (AMAP, marché) et les initiatives similaires à l’international (Local catch). Une agence de communication, les collectivités territoriales et le pôle halieutique d’Agrocampus ouest seront des partenaires intervenant dans la mise en place opérationnelle du projet.

Valorisation du projet

L’ensemble des livrables seront accessibles via le site internet de Pleine Mer, la cartographie et l’application seront téléchargeables gratuitement. Afin d’assurer la pérennité de ce projet, les collectivités territoriales seront sollicitées pour une aide financière annuelle. En effet, ce projet participera à leur politique de promotion de l’économie locale durable et à l’attractivité touristique. Une étude sera réalisée et diffusée après la première année de mise en œuvre du projet.

Innovation

Bien que fréquent dans le domaine de l’agriculture, le lien direct entre producteur et consommateur est très peu développé dans la pêche, ce qui fait de ce projet une nouveauté parmi les systèmes alimentaires durables. Le fait de cartographier les pêcheurs qui pratiquent ou qui souhaitent développer la vente directe à l’échelle nationale, et de le rendre cet outil accessible à tous via le site internet, constitue donc une véritable innovation, de même que l’application qui permettra à chaque pêcheur de prévenir les consommateurs de sa pêche du jour. Ces deux innovations sont indispensables, du fait des caractéristiques du poisson: apports irréguliers, saisonnalité, conservation courte. La forme associative permettra de relier le pêcheur et le consommateur, sans intermédiaire, tout en permettant une sensibilisation mutuelle, ce qui n’existe pas actuellement. De plus, un pêcheur qui valorise bien son poisson aura un intérêt à sortir en mer moins souvent, ce qui préservera la ressource.

%d blogueurs aiment cette page :