Lettre ouverte à Geoffroy Dhellemes, directeur de France Pélagique

Geoffroy Dhellemes a déclaré sur France 3 Normandie “La peur des artisans pêcheurs je ne la comprends pas très bien. Je la trouve grossière et injustifiée.” Nous avons donc décidé de lui répondre dans cette courte lettre ouverte

Cher Geoffroy,

Tu as récemment déclaré dans les médias « La peur des artisans pêcheurs je ne la comprends pas très bien. Je la trouve grossière et injustifiée ». Nous te sentons frustré… mais es-tu seulement au courant des privilèges dont tu bénéficies ?

Tout d’abord, tu es le seul armateur français dont le papa est vice-président du Comité National des Pêches, qui est censé représenter tous les pêcheurs français, et président de l’OP FROM NORD, qui attribue les quotas de tes bateaux. Eh oui, tous les marins-pêcheurs n’ont pas le privilège d’avoir leur papa pour négocier les licences et les quotas dont ils ont besoin. Un peu facile donc de mépriser l’inquiétude légitime des artisans qui souhaitent simplement nourrir leur famille.

Tu as aussi déclaré dans la presse que les bateaux de France Pélagique sont des bateaux français. En effet, ils ont un pavillon français et pêchent avec des quotas français … pourquoi ? Parce que ton papa, Antoine Dhellemes, a décidé de monter une filiale française du groupe néerlandais Cornelis Vrolijk. Cette filiale, France Pélagique, permet à l’industrie néerlandaise de pêcher « légalement » sur des quotas français. Une filiale dont tu es actuellement le gestionnaire. Merci papa.

Aucun pêcheur artisan n’a le privilège d’appartenir au groupe Cornelis Vrolijk. Pendant que la famille Dhellemes s’engraisse en vendant les bateaux français et leurs quotas à des actionnaires néerlandais … le pêcheur artisan va en mer chaque jour pour nourrir sa famille.

Alors, montre-nous un peu de respect !

Tu déclares aussi que « les espèces pêchées par France pélagique ne sont pas pêchées par les artisans et sont très mal valorisées ». C’est parfaitement faux : le maquereau, le chinchard et le hareng sont exploités par les artisans. Pendant le premier confinement, alors que 90% de la flotte était à quai, tes chalutiers étaient dans le Golfe de Gascogne. A la suite de quoi, tous les artisans qui pêchent le maquereau ont reçu une lettre leur expliquant que le quota était bientôt terminé… coïncidence ? De même actuellement, tes bateaux pêchent le hareng en Manche Est, le même hareng qui est vendu en direct sur les étals de Dieppe, Fécamp ou le Tréport. Alors revoie ta copie : les pêcheurs artisans travaillent ces mêmes espèces, ils sont impactés par l’accaparement de quotas par les pêcheries industrielles, et valorisent bien mieux ces espèces en direct du consommateur. Tes mensonges ne trompent personne.

Tu l’as bien compris Geoffroy, « nous les pêcheurs » nous nous battons pour nourrir nos familles, alors que ton entreprise accapare nos ressources et tu te permets en plus de nous manquer de respect dans les médias. L’illustration pure et simple de l’impunité du secteur de la pêche industrielle ? Mauvais timing malheureusement : de nombreux pêcheurs parlent actuellement de mettre en place une grève des CPO, les cotisations qui financent le comité national des pêches et permettent de payer l’indemnisation de ton papa lors de ses réunions au comité national des pêches.

Cette grève des CPO risque de remuer le monde de la pêche et nous lui apportons notre soutien.  Nous souhaitons aussi qu’un mouvement citoyen se mette en place pour mettre véritablement fin à cette pêche industrielle. Notre manifestation historique lors du baptême de ton nouveau chalutier géant le 25 septembre a malheureusement été interdite … ce qui prouve l’importance de notre combat.

Cher Geoffroy, tes insultes publiques ne font que nous encourager à nous battre contre les pratiques de France Pélagique.

Bien à toi,

Les pêcheurs artisans de Pleine Mer

Un avis sur « Lettre ouverte à Geoffroy Dhellemes, directeur de France Pélagique »

  1. Bonjour, ces bateaux usine pillent nos ressources, pire en laissant des milliers de poissons morts dans leur sillage. Que restera t- il à nos artisans pêcheurs après leur départ ? RIEN ! 100% D’accord avec votre lettre ouverte mais franchement il s’en moque !
    J ‘ai vu sur Facebook que Greenpeace et Seashepherd surveillaient de près leurs agissements.
    IL faut agir sur l’eau !
    🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟🐟

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :