Elections représentatives 2022 : la pêche industrielle néerlandaise en embuscade sur la liste UAPF de la région Normandie

Les pêcheurs français sont en train d’élire leurs représentants aux Comités des Pêches. Ces élections sont généralement l’occasion pour les industriels de la pêche de placer stratégiquement leurs pions afin de défendre leurs intérêts : attribution des licences, réglementation avantageuse, etc. Dans cet article nous mettons en garde les pêcheurs sur la présence de Geoffroy Dhellemmes, directeur de France Pélagique, dans la liste UAPF de la Région Normandie.

1/ La stratégie des industriels de la pêche : contrôler les instances dites « représentatives »

Aujourd’hui, Antoine Dhellemmes, ex-directeur de l’armement France Pélagique qui appartient en totalité à la multinationale néerlandaise Cornelis Vrolijk, cumule les mandats de vice-président du Comité National des Pêches et des Elevages Marins et de président de l’Organisation de Producteurs FROM-Nord. Ces positions stratégiques lui permettent de servir les intérêts des industriels néerlandais, et plus directement ceux de son fils Geoffroy Dhellemmes, qui a repris la direction de l’armement France Pélagique.

Et il n’ya pas que la famille Dhellemmes qui s’adonne à de telles pratiques. Par le passé, des personnalités occupant des postes à responsabilité dans les armements industriels ont eux aussi cumulé des postes dans les institutions de la pêche française : on peut citer Hervé Jeantet, longtemps responsable d’un armement industriel, mais qui fut aussi président du conseil spécialisé « pêche et aquaculture » de FranceAgrimer, et vice-président de la principale Organisation de Producteurs française, les Pêcheurs de Bretagne. Et sur la façade Méditerranéenne, on pourrait discuter des heures de l’influence des grands armateurs thoniers sur les instances représentatives de la pêche

2/ Elections représentatives 2022,  les listes de l’UAPF défendent les intérêts des industriels

C’est justement de Geoffroy Dhellemmes, directeur de France Pélagique, dont il est question dans ce communiqué. En effet, c’est désormais le fils d’Antoine Dhellemmes qui reprend le flambeau, pas uniquement en matière de gestion de l’armement industriel néerlandais, mais aussi d’un point de vue politique, dans les comités des pêches. Nous tenons donc à alerter tous les pêcheurs artisans français, et particulièrement les pêcheurs artisans normands : Geoffroy Dhellemmes est suppléant sur la liste de l’UAPF (Union des Armateurs à la Pêche Française) de la région Normandie, pour le collège des armateurs non embarqués. Il serait donc dommage de voter pour cette liste, pour ensuite venir se plaindre que les chalutiers géants néerlandais travaillent en Manche : en votant pour Geoffroy Dhellemmes, et pour l’UAPF plus généralement, on légitime la présence des chalutiers géants et des senneurs industriels dans les eaux françaises.

Quant à la tête de liste de l’UAPF, Sophie Leroy, elle est directrice de l’Armement Cherbourgeois, un armement de 4 chalutiers hauturiers basé à Cherbourg. A Pleine Mer, on combat la pêche industrielle, on soutien les pêcheurs artisans, mais on ne s’occupe pas trop des armements de taille intermédiaire comme celui de Sophie Leroy. Malgré tout, les pêcheurs artisans locaux se plaignent régulièrement de l’emprise de Sophie Leroy sur les infrastructures locales comme la criée de Cherbourg, où les bateaux de l’armement passent généralement en premier lors de la vente, tirant vers le bas les prix des petits bateaux. Les membres de Pleine Mer essayent de prendre la distance nécessaire face aux inévitables conflits locaux, mais nous ne pouvons ignorer ce cadeau fait aux industriels de la pêche néerlandaise par Sophie Leroy. Il est absolument scandaleux que la directrice d’un armement français donne du crédit politique à la famille Dhellemmes, en prenant Geoffroy Dhellemmes comme suppléant sur sa liste. La famille Dhellemmes n’a cessé d’accaparer les quotas de pêche français pour en faire cadeau à la multinationale Cornelis Vrolijk, et il est intolérable que Sophie Leroy cautionne de telles pratiques.

Enfin, Sophie Leroy soutient ouvertement la candidature de Dimitri Rogoff au poste de président du Comité Régional des Pêches de Normandie. Les pêcheurs artisans souhaitent-ils renouveler le mandat d’un président soutenu par ceux qui tuent progressivement la pêche artisanale française ? Dimitri Rogoff avait apporté son soutien à Pleine Mer lors de la manifestation contre le baptême du SCOMBRUS, chalutier géant de France Pélagique … n’était-ce qu’une manœuvre politicienne ? Que se trame-t-il en coulisse pour qu’un appel à manifester contre France Pélagique n’empêche pas Geoffroy Dhellemmes, directeur de ce même armement, d’être suppléant sur une liste qui soutient officiellement Dimitri Rogoff ? On est en droit de se poser des questions, et d’attendre des réponses.

3/ Les pêcheurs artisans s’organisent pour remettre en cause l’hégémonie des industriels

Les membres de Pleine Mer dénoncent la candidature scandaleuse de Geoffroy Dhellemmes en tant que suppléant de Sophie Leroy, qui elle-même soutient la candidature de Dimitri Rogoff au poste de président du CRP Normandie. Nous attendons une réaction claire et sans ambiguïté de Dimitri Rogoff expliquant qu’il refuse désormais tout soutien de la liste de l’UAPF lors de l’élection du prochain président du CRP Normandie. Les autres candidats sont eux aussi invités à prendre publiquement leurs distances avec la liste de l’UAPF, et tout particulièrement Pascal Coquet, vice président du CRP Normandie et ancien allié de Sophie Leroy.

Nous encourageons vivement les pêcheurs qui le peuvent à voter massivement contre toutes les listes de l’UAPF. Soyons clairs, les autres syndicats d’armateurs sont eux aussi noyautés par quelques industriels, mais l’UAPF a joué un rôle historique dans la vente des droits de pêche français aux industriels néerlandais,  et il est temps de mettre un terme à cette situation.

Enfin, pour celles et ceux qui ont déjà voté, et pour la grande majorité qui ne pourront malheureusement pas voter pour ce collège là, gardez en tête qu’avec ou sans l’UAPF, les comités des pêches sont des institutions vieillissantes, noyautés par quelques industriels et quelques barons locaux, qui peinent à répondre aux besoins des pêcheurs artisans. La participation aux élections est généralement très faible, comme par exemple en Normandie où seuls quelques dizaines de pêcheurs se sont prononcés lors des dernières élections. Ces taux de participation généralement inférieurs à 15%, démontrent le manque de confiance total des pêcheurs dans leurs instances dites « représentatives ». Seule une réforme totale de ces structures permettra de défendre véritablement les intérêts des pêcheurs artisans français. Cette réforme devra aussi passer par une réorganisation intégrale des Organisations de Producteurs, afin de répartir les quotas de pêche de manière juste et équitable, sans conflit d’intérêt. Pour cela, nous invitons les pêcheurs à rejoindre Pleine Mer afin de s’organiser collectivement, pour faire changer le système !

Contacts presse : 06.29.10.47.76 / association_pleine_mer@riseup.net

2 commentaires sur « Elections représentatives 2022 : la pêche industrielle néerlandaise en embuscade sur la liste UAPF de la région Normandie »

  1. Le pot de terre contre le pot de fer
    C’est le problème de la pêche en général
    Certains ont de multiples casquettes données par des gens qui font trop confiance et ne lisent pas assez
    Le système informatique rend bien service à tous ces gratteurs
    Les vrais pêcheurs qui sont sur le terrain pour nourrir honnêtement leurs familles sont dépassés par la pluie de mails et se font manipuler…
    À quelle sauce allons nous encore être consommés ?
    Réagissez les gars
    Bonne saison à tous 😘

  2. Pleine Mer et ses révélations fracassantes dignes des meilleurs tabloid UK. Je me suis demandé s’il fallait ou non que je réponde à cette démonstration, mal ficelée, à ce processus électoral mal compris, à ce ton racoleur et à ses injonctions. « Dénonces, dénonces…On attend ». D’ailleurs c’est la marque de fabrique de Pleine « On atted la réaction de Dimitri ROGOFF »
    Pleine Mer a, par le passé dénoncé, un gentelman agreement que l’on voulait signé avec les NL sur la senne. Nous préconisions un accord par jalon avec des clauses de revoyure. Pleine Mer soutenait un « moratoire » sur cette technique de peche contestée, conclusion rien n’est encore décidé et les senneurs sont partout et encore plus nombreux.
    Alors oui l’UAPF, L’Union des Armateurs à la Pêche de France, qui est au passage le plus gros syndicat d’armateurs de France, présente une liste dans le collège des « armateurs non embarqués » qui compte au sein du Conseil du CRP de Normandie 1 seul et unique siège. Je rappelle que, ne voteront pour ce collège que « les armateurs non embarqués ».
    C’est la démocratie, les syndicats peuvent présenter des listes dans les collège, comme ils le souhaitent. Il y a d’ailleurs une liste concurrente celle du Syndicat National des Chefs d’Entreprises et Artisan à la Peche Maritimes (SNCEAPM). Les votants pour ce collège auront donc le choix entre 2 candidats et leurs suppléants.
    La liste UAPF est portée par Sophie Leroy, son suppléant est Geoffroy Delhemmes.
    Après on me demande de dénoncer cela, de porter la tete de Geoffroy au bout d’une pique… Je retourne la question est-ce que quelqu’un conteste le droit à Marine Lepen de se présenter aux elections ? Non !
    Les votants pour ce collège qui sont 120 armateurs non embarqués feront leur choix.
    Pourquoi M. Delhemmes veut entrer au CRPN et bien je propose à Pleine Mer de lui demander.
    Mme Sophie Leroy est armatrice à Cherbourg, elle est membre de notre Conseil depuis 5 ans, elle est représentative du segment des hauturiers et connait bien son boulot. Sophie est aussi Présidente de la Commission Sécurité au CNP et aussi de la Commission Sociale (les caisses d’intempéries qu’elle a sauvée plusieurs fois !!, ça vous parle), elle a donc toute sa place dans les structures professionnelles et au CRP. Et, sans m’avancer, je ne crois pas qu’elle soit une quelconque marionnette de la peche industrielle.
    Quand à moi et pour le CRP Normandie, je rappelle volontiers que nous sommes le seul CRP en France a avoir rédigé et transmis au Ministère un document de positionnement sur les superpelagiques, que c’est un sujet que nous avons maintes fois porté aux oreilles de la Ministre. Et que j’ai aussi été audité par le Sénat sur ces questions, en résumant la situation de cette façon. Oui il est petit le Sauvage à côté du Margiris (142m)
    Autant d’élément qui ont du titiller nos collègues pélagiques pour venir voir ce que les normands avaient à gesticuler dans leur coin à leur sujet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :